Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 août 2015 7 09 /08 /août /2015 10:45

Elizabeth May du Parti vert a surpris lors du débat anglophone du jeudi 6 août. Elle maîtrise aussi bien les dossiers économiques qu'environnementaux, en plus d'être très articulée dans ses interventions ( un exemple : « Seule la crise économique de 2008 a fait chuter les émissions de GES » ). Elle a la stature d'un chef de parti traditionnel et pourrait réserver des surprises, surtout en Colombie-Britannique. Il y a espoir dans son camp que le Parti vert puisse, en cas de gouvernement minoritaire, détenir la balance du pouvoir s'il peut faire passer des candidats dans cette lutte à quatre.

 

 

Au Québec, Gilles Duceppe pourrait surprendre lors du premier débat en français. Il a une longue expérience politique, un avantage sur Mulcair et Trudeau. Le Bloc a encore plus de chance que le Parti vert en cas de gouvernement minoritaire de détenir la balance du pouvoir. Cela dépendra surtout de la performance du NPD au Québec, son seul adversaire de taille, à moins d'une remontée, encore incertaine, de Trudeau.

 

 

Le grand enjeu est certes la majorité ou non des sièges pour le gagnant de l'élection. Le NPD semble avoir le vent dans les voiles mais reste minoritaire. Il lui faudrait deux vagues orange pour devenir majoritaire, l'une au Québec et l'autre en Ontario, à moins que l'une des vagues soit un raz de marée! Pour le moment, le NPD peut compter sur le rejet des conservateurs par le gouvernement libéral de l'Ontario mais les libéraux fédéraux ont eu traditionnellement les faveurs de cette province. C'est à suivre.

 

 

Cela signifie-t-il que Harper ne peut espérer remporter l'élection et même être majoritaire? Pas du tout si on tient compte de ses préparatifs, des changements à la loi électorale et de son budget de campagne. Harper peut compter sur des milliers de bénévoles, notamment les évangéliques, que j'appelle ses fourmis d'élections. Et de l'outil unique qu'il leur a fourni : l'espionnage des réseaux sociaux. On parle de 7 millions d'internautes dont il aurait le profil. Facile d'en faire une distribution géographique. Mais son arme la plus puissante, appelons-la de destruction massive (!), ce sont ces millions d'électeurs qui ne voteront pas. C'est grâce à eux, quelle ironie, qu'il a obtenu sa majorité à la dernière élection.

 

 

Les jeux ne sont pas faits, bien que les dés soient, un peu, pipés en faveur de Harper. Sans déplacement notable des intentions de vote des groupes d'électeurs, incluant les non-votants, il peut espérer au moins une minorité. A pourcentage égal du vote avec son principal rival, actuellement le NPD, Harper gagnera davantage de sièges au Parlement. Le NPD devra aller chercher 40% du vote, pour le moins, à moins d'une remontée de Trudeau, notamment en Ontario, au détriment de Harper.

 

 

Mais j'ai peut-être tout faux quand une campagne dure deux mois et demi, une éternité dit-on en politique! Tout peut arriver, comme un événement insignifiant en apparence qui soudainement prend de l'ampleur. Je me rappelle des <<Yvettes>> qui avait nui au camp du oui lors du référendum de 1980 et le <<Good bye Charlie Brown>> d'une vieille dame à l'endroit de Brian Mulroney qui dut reculer sur la désindexation des pensions.

 

 

Marcel Plamondon, MAP

 

Repost 0
Published by Chroniqueur - dans Politique canadienne
commenter cet article
15 mars 2013 5 15 /03 /mars /2013 12:06

Avec ce blogue, on parle pour parler, on s'entend? Et puis, ne m'accusez pas de paranoïa, nous le sommes tous un peu avec ce gouvernement de bouffons de Harper et c'est même un signe de santé mentale! Bon, allons-y : je m'attends avec le prochain budget fédéral à quelque chose comme une disposition qui permettrait d'accuser les écologistes de crime de lèse-majesté. Que voulez-vous, Harper est aux abois car ses ministres Oliver et Kent sont sur le bord du suicide. Because personne ne semble gober que les sables bitumineux sont éthiques (Kent) et verts (Oliver)! Surtout les Américains...pour le long pipeline qui se rendrait aux grandes raffineries du Texas, et cela, à cause des « ennemis du Canada » que sont les écologistes!

 

Oliver, ministre des ressources naturelles, nous avait déjà mis au parfum, préparé les cerveaux, au fait que les écologistes se comportaient comme des ennemis du pays, ennemis du développement économique, ennemis de la création d'emplois. «Ils veulent nous ramener au Moyen-Âge», dit le ministre fédéral des Ressources naturelles (ici) « Le ministre les accuse même d'être à la solde d'intérêts étrangers pour miner l'intérêt supérieur de la nation canadienne. »

 

Mais de là à passer en douce dans une autre loi budgétaire (mammouth?) une provision permettant de poursuivre les écologistes pour activités terroristes, criminelles, il y a quand même tout un monde, non? Et bien non, comme en font foi cette stratégie antiterroriste du gouvernement Harper : « stratégie antiterroriste publiée par le gouvernement Harper en février 2012 : Renforcer la résilience face au terrorisme.Dans ce document, on réfère à des « groupes extrémistes » ayant pour cause les droits des animaux, l’environnementalisme et l’anticapitalisme. »

 

« L'économisme » harpérien, cette idéologie économique favorisant les « performants », est la nouvelle loi quasi-constitutionnelle du Canada (en régime dictatorial). Harper a toujours été clair à ce sujet : aucune mesure environnementale ne doit aller contre le développement économique, ajoutant, populiste, contre la création d'emplois. Et aller contre la loi, c'est...criminel!

 

La très grande majorité des océans, des lacs et des cours d'eau ne sont plus légalement protégés depuis le dernier budget mammouth. Reste donc à faire taire définitivement les écologistes...

 

Je vous laisse sur cette "caricature" de Peter Kent, ministre du...pétrole du Canada

kent_earth_ecodev.jpg

 

Marcel Plamondon, MAP

Repost 0
Published by Chroniqueur - dans Politique canadienne
commenter cet article
5 mars 2013 2 05 /03 /mars /2013 09:47

L'histoire caractérisera le passage de Harper comme l'époque qui marqua la fin du rêve canadien. Pays de missions de paix, pays de partage des ressources entre les provinces, pays trop grand et trop peu peuplé pour laisser son développement aux seuls prédateurs privés, pays de l'accès universel aux soins de santé, pays aux paysages bucoliques et aux lacs poissonnés, pays...qui n'est plus que l'ombre de lui-même sous Harper. Je laisse Jean-Robert Sans façon du Devoir (mardi 5 mars 2013) porter le diagnostique : « Avant cette réforme (de l'assurance-emploi), Ottawa était intervenu dans plusieurs autres programmes pour en réduire ou même en éliminer l’effet redistributif qui a longtemps caractérisé l’État canadien. » 

 

« On pense au transfert en santé désormais calculé sur la seule base du nombre d’habitants, sans tenir compte de la situation économique des provinces ; on pense au plafonnement des paiements de péréquation et à la formule qui fait porter le coût d’une crise vécue dans une province sur les épaules des seules autres provinces pauvres, qui voient alors leurs transferts réduits ; on pense encore au rehaussement de l’âge d’admissibilité à la sécurité de la vieillesse dont l’impact financier sera plus important dans les provinces comme le Québec, la Colombie-Britannique et les Maritimes, où la population vieillit plus rapidement qu’en Ontario et en Alberta. »

 

On appelle cette opération politique à la Harper le démantèlement de l'état sur la base d'une vision économique tronquée qui assume que le développement repose sur les plus « productifs » et qu'il faut donc éliminer les plus faibles ou du moins les empêcher de nuire. Aux réserves indiennes s'ajouteront les « régions fantômes ». Du pur darwinisme social à la sauce malthusienne! Pour un rassembleur de créationnistes, fallait le faire...

 

Mais c'est aussi la fin du rêve économique du Canada. Déjà que l'exploitation du pétrole a détruit les bases manufacturières de l'Ontario et du Québec (500,000 bons emplois détruits) par un pétro-dollar artificiellement surévalué qui freine les exportations, l'Alberta, l'alma mater pétroleuse de Harper, se dirige tout droit vers la banqueroute, faute d'avoir diversifier son économie (http://jeanneemard.wordpress.com/2013/03/01/petrole-louest-ou-pas-louest/). La récente réforme de l'assurance-emploi sonnera le glas des secteurs non-pétroliers du Canada! Pendant ce temps, l'Europe se restructure sur le XXIe siècle. Il devient évident que tout accord économique avec l'Europe mettra le Canada à feu et à sang en raison de sa faiblesse structurelle, soit sa concentration sur les seules ressources naturelles -un pays à piller (facilement) pour les grands prédateurs financiers!

 

Enfin, le Canada-nature n'est plus! Fin de la protection des lacs, cours d'eau et océans, fin des programmes environnementaux, fin des laboratoires de recherche scientifique, diabolisation des écologistes, entraves multiples du Canada aux ententes internationales sur l'environnement, etc. Sur ce plan, les démonstrations ne sont plus à faire.

 

Ne reste plus au Canada qu'à se doter de superbes avions de combat et de destroyers de guerre pour boucler la boucle.  De puissance pétrolière à puissance militaire !  Ajoutons qu'un enfant sur sept vit dans la pauvreté au canada; n'y a-t-il pas là un merveilleux bassin de futurs soldats ?

 

Poutine-le-russe affiche un petit sourire en coin sur le bord de l'arctique...

 

Marcel Plamondon, MAP

 

Repost 0
Published by Chroniqueur - dans Politique canadienne
commenter cet article
21 février 2013 4 21 /02 /février /2013 08:35

Commençons par une mise au point : non, l'assurance-emploi n'est pas une subvention aux régions à emplois saisonniers. Parce qu'elle n'a plus d'assurance que le nom et ce, depuis belle lurette. Oui, elle le fut un temps : je me rappelle les commentaires des hauts-fonctionnaires quand j'étais à la Commission d'assurance-chômage et leur hésitation à accepter des prestations pour raison de maladie. Pour eux, l'assurance-chômage couvrait un risque, la perte d'emploi. Ils s'amusaient même à rire d'eux et des fonctionnaires qui payaient la cotisation tout en étant permanents, sans risque donc...Il reste des traces de l'assurance, par exemple si un travailleur démissionne ou est renvoyé pour inconduite. L'assurance-emploi est un programme à la fois « social » et économique, décidé par ses cotisants, travailleurs et employeurs (et incluant par le passé le gouvernement), tous les deux en tirant bénéfice, stabilité économique et fidélité des travailleurs au secteur et aux régions.

 

Ce qui rend la décision de Harper dès plus odieuses en raison de ses effets déstabilisatrices et même dévastatrices pour les cotisants à l'assurance-emploi et pour les régions ressources! Et comme le hasard fait bien les choses, ces régions ne sont pas conservatrices...En ce sens, il s'agit d'un coup de cochon, d'une brutalité politique machiavélique. Et on apprend que Harper ajoute l'insulte à l'injure en envoyant des « tontons macoutes » enquêter aux résidences mêmes des chômeurs! La chasse aux sorcières est commencée...(lire : Et maintenant, les Harper macoutes http://bit.ly/12Wf0lV)

 

Une question ici qu'il faudrait creuser : que fera Harper avec les milliards $ de surplus de la caisse ?

 

Mais j'ai une autre hypothèse. Harper sert un avertissement aux régions, majoritairement de l'est du Canada si peu conservatrices : l'est, dont surtout le Québec, devra accepter les pipelines du pétrole de l'Alberta ou c'est la mort économique! Je croyais revoir Trudeau couper les fonds des autoroutes 30, 13 et 50 après l'élection du PQ en 1976, mais en pire. D'une part, Harper ne supporte plus les retards et obstacles au développement tout azimut des sables bitumineux. C'est que l'acheminement du pétrole albertain est retardé par le refus de la Colombie-Britannique (la route de la Chine!) et la forte opposition aux États-unis, ce qui entraîne une baisse de la valeur du baril, inquiète les pétrolières qui retardent leurs investissements et appauvrit l'Alberta (qui risque un printemps albertain (!) si le gouvernement impose une taxe provinciale pour renflouer ses coffres). D'autre part, Harper ne doit pas aimer le recul environnemental du PQ sur l'exploitation du pétrole (quel paradoxe!), PQ qui flirte avec ce nouveau pétrole québécois qui pourrait concurrencer l'Alberta et même bloquer son expansion à l'est.

 

Harper semble s'inspirer du scénario de destruction du déluge de la Bible qu'il chérit tant...

 

Diabolique!

 

Oui, vous avez le droit de penser que je suis paranoïaque. Mais qui ne le deviendrait pas avec les bouffons qui gèrent le Canada?

 

À lire aussi : 

Assurance-emploi: le coût humain de la réforme (http://huff.to/ZuGbmO)

 

Marcel Plamondon, MAP

Repost 0
Published by Chroniqueur - dans Politique canadienne
commenter cet article
29 décembre 2010 3 29 /12 /décembre /2010 07:59

Je reproduis ici le commentaire d'un certain "mlamoureux" paru dans Cyberpresse le 28 décembre 2010 suite à l'article intitulé " L'année 2011 s'annonce agitée".  Ce commentaire résume très bien la situation politique du fédéral. Le lien avec l'article : http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Politique/2010/12/28/001-ottawa-politique-rentree.shtml

Le commentaire:

Envoyé par mlamoureux

29 décembre 2010 à 02 h 31 HNE

@anne marie auclair 

Je n'ai pas de problème à laisser à un gouvernement du temps pour prouver ce qu'il peut faire. Le problème, c'est que le Reform party de Harper ne cherche justement pas à faire quelque chose, sa doctrine étant que le gouvernement n'a pas à faire autre chose que s'occuper de défense et de faire régner la loi et l'ordre. Remarquez que ce sont les seuls dossiers sur lesquels les conservateurs ont agi, souvent sans appel d'offre (armement, prisons, peines criminelles). Tout le reste de leur oeuvre n'a été qu'obstruction et immobilisme. On ne peut toutefois les accuser de ne pas avoir tenu leurs promesses. Ils ont fait ce qu'ils prônaient. Est-ce une qualité pour autant? Pas sûr! 

Notre problème est d'avoir mis en place des politiciens qui ne croient pas aux institutions qu'ils contrôlent. On fait quoi quand le chauffeur d'autobus préfère rester dans le stationnement? Normalement, on devrait le changer, mais le hasard veut qu'en ce moment, aucun des candidats disponibles ne semble savoir où mettre la clef pour faire partir le moteur, et on n'est même pas certain qu'il voudrait, voire saurait conduire l'autobus de toute façon! 

La solution a cette aberration de gouvernement minoritaire qui agit en majoritaire est qu'une coalition se forme. C'est d'ailleurs prévu dans notre constitution, et c'était le projet il y a deux ans des partis d'opposition. Et comme d'autres l'ont dit, cela fonctionne dans plusieurs autres pays, dont l'Australie, la Grande-Bretagne et l'Allemagne. 

Pourtant, ici, Harper a décidé de proroger le parlement, au lieu de reconnaître qu'il n'avait pas la confiance de la chambre. Et les partis d'opposition se sont stupidement écrasés au retour. Sans que je sois un grand partisan de Dion, il faut reconnaître qu'il avait la bonne solution pour sortir le Canada de cette domination indécente du Reform Party. Mais bon, au Québec, on est encore à percevoir la politique comme une confrontation entre les anglophones et les francophones! Donc Harper pourrait très bien parvenir à gouverner longtemps et faire encore plus de dommages à un pays qui avait une réputation enviable. Il faudra des décennies pour réparer les torts à notre image internationale. Au niveau domestique, il aura réussi à miner les fondations de plusieurs institutions politiques, dont nous verrons les craques dans plusieurs années. 

 

---------------------------------------------------------

Marcel Plamondon, MAP

Sociologue

Repost 0
Published by Chroniqueur - dans Politique canadienne
commenter cet article
19 juin 2009 5 19 /06 /juin /2009 10:05

" Dès la rentrée de septembre, l'Ô Canada devra retentir dans toutes les écoles du Nouveau-Brunswick chaque jour avant le début des classes. " lit-on sur les nouvelles Yahoo (http://qc.news.yahoo.com/s/19062009/3/regional-ducation-l-hymne-national-obligatoire.html). Une question de fierté nationale pour le ministre de l'Éducation, Kelly Lamrock.

Ah ! bon ! Et la honte canadienne des sables bitumineux, le plus sale pétrole de la planète avec son incroyable gachis écologique ? On comprend pourquoi " Les députés progressistes-conservateurs de l'opposition ont également voté pour le nouveau règlement sur l'hymne national dans les écoles. "

Rarement aura-t-on vu fierté si mal placée !  Ou serait-ce une façon de détourner la conscience des pollueurs ?

Marcel Plamondon, St-André-Avellin

Repost 0
Published by Chroniqueur - dans Politique canadienne
commenter cet article
12 février 2009 4 12 /02 /février /2009 14:07

Je ne parlerai pas du gouvernement Harper pour vous éviter d'avoir la nausée -ni du tristement célèbre Bush.  Je vous évite aussi le détour Ignatieff qui n'a pu faire mieux que d'accepter le budget "passéo-libéral" des conservateurs, à visée purement électorale.  Passons à du sérieux, que nous inspire la révolte de la Gaspésie face à l'absence de fibres optiques sur son territoire -la haute vitesse pour l'appeler par son nom.

C'est quoi le problème, parce que la Gaspésie n'est pas la seule région à vivre un tel état archaique de ses infrastructures de communication ?  Le problème se trouve au Parlement même : n'y siègent pas des politiciens de l'envergure des René Lévesque, Paul-Gérin Lajoie et Claude Castonguay !  Des visionnaires, l'un en électrification de "tout" le Québec, l'autre en écoles publiques présentes partout et le dernier, en système publique universel de santé.  Ces politiciens n'ont pas jouer à cache-cache avec les gens : tous les citoyens sont égaux et ont droit aux mêmes services.  Point.

De nos jours, on niaise avec la poque comme on dit.  Pire, une partie de la population subventionne des services quxquels il n'a pas accès.  Dans ma MRC, la MRC Papineau pour ne pas la nommer, un programme subventionne l'accès à la haute vitesse...si vous êtes en ligne avec une antenne, sinon vous ne faites que payer de vos taxes et impôts l'accès des chanceux !  Faut le faire, non ?

Charest se targue de se lancer dans de grands travaux d'infrastructures.  Passer la fibre optique partout, je dis bien partout ce qui inclut les rangs en régions rurales, permettrait probablement plus de développement, surtout en régions, que son CHUM râté et ses barrages hydro-électriques à l'ère de l'éolien et du solaire.  on pense béton et asphalte comme au temps des bouts de chemins en campagne électorale.

Finalement, c'est peut-être le député Thomas Mulcair qui a la bonne réponse quand des journalistes, à l'occasion du 200e de Darwin, lui demande son opinion sur la théorie de l'évolution de Darwin versus le créationisme : «Je suis malheureusement confronté à des conservateurs d'arrière-banc tous les jours, alors je ne suis pas certain qu'il (Darwin) avait complètement raison sur l'évolution de l'espèce, mais on continue de garder espoir, a lancé le député du NPD. Disons que l'homme descend du singe plus ou moins vite selon le cas.»

Marcel Plamondon, MAP

Repost 0
Published by Chroniqueur - dans Politique canadienne
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Marcel Plamondon
  • Le blog de Marcel Plamondon
  • : Opinion générale sur des sujets d'intérêt
  • Contact

Profil

  • Chroniqueur
  • Retraité, ex-conseiller économique,
Fais de l'action communautaire, 
Membre d'un choeur de chant 
et d'une troupe de théâtre
  • Retraité, ex-conseiller économique, Fais de l'action communautaire, Membre d'un choeur de chant et d'une troupe de théâtre

Recherche