Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 janvier 2009 3 14 /01 /janvier /2009 23:38

Bravo pour la subvention aux rénovations résidentielles mais ce n'est certes pas pour la classe moyenne ! surtout par les temps qui courent. Voyons la proposition : Un nouveau crédit d'impôt remboursable de 20 % pour la rénovation et l'amélioration résidentielles pour stimuler les dépenses des ménages et l'emploi dans le secteur de la rénovation et de la construction résidentielle, mais le crédit s'applique seulement sur les dépenses au-delà de 7500 $ et avec un crédit maximum de 2500$. Qui, en 2009, va dépenser plus de 7500$ en rénovation résidentielle ? Probablement juste les hauts-salariés.

On attendait mieux. Au député Khadir de le rappeler au gouvernement. Le plus rentable serait d'abord une "pleine" subvention dans les régions -par exemple, la MRC Papineau, avec un taux de pauvreté parmi les pires du Québec, présente des taux élevés de besoins de réparations majeures de ses résidences (http://www.petite-nation.qc.ca/social/recherches/logements_papineau2006.htm). Ensuite, des subventions au logement social -ce qui permettrait non seulement de stimuler l'emploi mais de combattre la pauvreté.

On ne se bercera pas d'illusion : la social-démocratie, si ce n'est le bon sens, est une denrée rare dans les parlements.

Marcel Plamondon, MAP

Repost 0
Published by marcelp7 - dans Politique Québec
commenter cet article
12 janvier 2009 1 12 /01 /janvier /2009 16:10

Voilà déjà 5 ans qu'Albert le crapaud a élu domicile...dans mon bac à vidanges ! Évidemment, je ne le vois qu'à partir du mois de mai jusqu'en septembre. J'ignore comment et où il hiberne -comme il vit sous terre sous le bac, j'imagine qu'il doit passer l'hiver là ? Quand j'ouvre le bac, Albert se montre souvent le bout du nez...et prête oreille ! Il doit reconnaître ma voix (?) car hors du bac, il s'arrête quand je lui parle, bien qu'il soit fort occupé...à chasser les insectes.

Tout le monde ici connait Albert, chiens comme chats, mais personne n'ose le bouffer avec sa peau plutôt répugnante. Faut bien se défendre comme on peut contre les prédateurs ! Mais Albert reste un objet de curiosité et chacun le suit dans sa chasse aux insectes, si ce n'est l'imite comme fait ma petite chatte noire qui semble aussi raffoller des papillons de nuit.

Albert, tout crapaud qu'il est, à sa place ici sur le terrain. Et on le laisse vivre à sa façon. Ne bouffe-t-il pas une bonne quantité d'insectes ? C'est utile, non ? Autant que les oiseaux et les chauve-souris ! C'est peut-être pour cela que même en plein bois j'ai peu de maringouins.

J'étais pour terminer ce blogue quand j'ai aperçu...serait-ce "bébé crapaud" d'Albert ? Au fait, mais où est donc passer Albert ? J'y pense, et si Albert était..."une" Albertine ?

Marcel Plamondon, MAP

Repost 0
Published by marcelp7 - dans Insolite
commenter cet article
4 janvier 2009 7 04 /01 /janvier /2009 17:15

Une histoire vraie, celle d'un dénommé Picollo, c'est ainsi que nous l'appelions dans le quartier, un gars "pas trop vite", qui se retrouve à l'hôpital, le visage brûlé -mais pas trop brûlé.  Par sa faute. Voici l'histoire, à peine croyable.

Piccolo rêvait d'un "scooter" -vous savez, ces petites motos de ville carossées. Il avait fini par en dénicher une, bon marché.  L'apprentissage fut pénible...mais Piccolo finit par savoir la conduire sans trop risquer sa vie ni celle de ses copains de quartier. Le bonheur !

Mais Picollo étant Picollo, il fallait s'attendre à de quelconques mésaventures. Le pire faillit se produire.  Une bonne journée, le scooter refusant de démarrer, Picollo cherchait à comprendre une telle panne, allant jusqu'à sortir la bougie de son socle. Puis, eureka ! les amis témoins confirmèrent, Picollo se demanda s'il n'était pas en panne sèche tout simplement...Mais comment y voir quelque chose dans ce petit réservoir avec une si petite ouverture ? Qu'à cela ne tienne, une allumette fera l'affaire...

Vous devinez le reste.  Ce ne fut pas une véritable explosion, juste un "pouf"...mais suffisant pour échauffer une peau de visage un peu trop curieuse ! par chance, rien aux yeux.

Cher Picollo !

Marcel Plamondon, MAP

Repost 0
Published by marcelp7 - dans Insolite
commenter cet article
3 janvier 2009 6 03 /01 /janvier /2009 18:27

Une voie "électorale" s'ouvre pour le parti politique Québec Solidaire avec la débandade de l'ADQ (Action Démocratique du Québec) aux dernières élections, d'autant que le Parti Québécois "a oublié" son projet social-démocrate depuis le dernier référendum en 1995. La performance du PQ le 8 décembre est en partie due au "Quebec bashing" du ROC (Rest of Canada) suite à la crise politique à Ottawa et non à son programme qui ne s'est guère renouvelé depuis une décennie, en partie à la piètre performance parlementaire de l'ADQ qui a énormément déçue l'électorat qui s'est éparpillé entre le parti libéral et le parti québécois.

Amir Khadir de Québec Solidaire a été élu et ce sera un bon député, agressif probablement et c'est bien. On aurait aimé que Françoise David soit aussi élue. La démocratie s'en serait mieux portée. Ce parti est porteur de la social-démocratie dont nous avons bien besoin pour éviter les écarts socio-économiques scandaleux à l'américaine générés par l'illusion d'un libre marché sans encadrement. Il faut lire Jean-François Lisée : Pour une gauche efficace.

"Pour réduire les effets de la crise économique, Québec solidaire proposait un plan susceptible de créer 40 000 emplois dans le transport en commun, le logement social, les centres de la petite enfance, les écoles primaires et secondaires ainsi que dans le domaine artistique" (radio-canada.ca, 9 décembre 2008). Les emplois ne sont pas tous dans la business traditionnelle...Espérons que monsieur Charest l'a compris, lui qui se prépare à engloutir des sommes colossales dans le développement du Nord Québécois. L'économie sociale se développe de plus en plus et prend la relève d'entreprises traditionnelles bousculées par la mondialisation.

Et puis, la justice sociale est toujours une valeur de société ! A quoi bon vivre dans une société qui écrase un trop grand nombre de ses citoyens ? On sait par ailleurs que sans l'éradication de la pauvreté, il n'y a pas de solution viable à la dégradation de l'environnement (Brown, Le Plan B). C'est dire que nous survivrons ensemble ou périrons ensemble...et j'ai le goût d'ajouter, on me le permettra, que "ensemble" inclut le monde animal !

Monsieur Khadir peut compter sur tous ceux et celles pour qui le "vivre ensemble" est la définition même de la société. Surtout que ce monsieur Khadir me semble immunisé du virus dévastateur de la partisanerie.

Il est malheureux que le PQ ait laissé tomber la social-démocratie. Il a alors mis en jeu son projet de souveraineté. Personnellement, je ne vois pas pourquoi je me battrais pour bâtir un pays...un peu trop à l'américaine ou même à la canadienne.


Marcel Plamondon, MAP

Repost 0
Published by marcelp7 - dans Politique Québec
commenter cet article
3 janvier 2009 6 03 /01 /janvier /2009 18:15

Crise financière mondiale –plus de 30,000 milliards de dollars envolés en fumée ! (au 24 octobre 2008), crise du crédit, dépression économique qui se mondialise et risque d’être très sévère, des milliers d’Américains qui ont perdu leur maison, des milliers de mises à pied chaque jour sur la planète, perte importante des épargnant (à la retraite !), endettement qui dépasse les capacités de rembourser, etc. Le tableau est sombre ! Et rien ne semble indiquer qu’il ne sera plus sombre. Que se passe-t-il donc ?

 

 

On connaît le point de départ, disons officiel : les « subprimes » immobilières. Les banques prêtaient sur la valeur escomptée des maisons et non sur la capacité de payer des emprunteurs. Trop de subprimes sans les augmentations de valeur des maisons escomptées, crise de liquidité des banques et des assureurs, faillite de grandes banques et assureurs américains, la bourse a plongé, les investisseurs ont paniqué. Le crédit se resserre dramatiquement, les consommateurs réduisent leurs achats de façon substantielle, c’est la dépression.

 

 

Explication : en fait, c’est la bulle des spéculateurs qui s’est dégonflée, bulle de produits financiers sans attache au monde réel de l’économie. En fait, faut-il davantage préciser, la limite d’une consommation effrénée, quasi schizophrénique, détachée des besoins réels des capacités et des individus et des sociétés et des environnements. En fait, faut-il enfin le dire, la fin de la primauté du monde financier sur les autres secteurs de la société. « La société tout à l’argent » vient de rendre l’âme. Les humanistes peuvent-ils crier victoire ? Pas tant que le nombre considérable de perdants n’aura pas pansé ses blessures et que les gouvernements n’auront pas pris le virage qui s’impose, soit d’encadrer le système financier.

 

 

A moins que la crise soit plus profonde, soit la perte de confiance dans le système sociopolitique lui-même. Tout est alors possible. Tout dans le sens d’une descente aux enfers! Alarmiste ? C’est pourtant ce qui s’est produit…en Russie, non ? Qui aurait pensé que le communisme s’effondrerait comme un château de cartes ? Je ne vois pas que le capitalisme libre marché soit immunisé. C’est ce capitalisme qui craque de toutes parts actuellement. Une simple étincelle peut mettre le feu aux poudres. Le problème c’est que personne ne sait s’il y aura une telle étincelle et d’où elle pourrait venir. Le système se fragilise de jours en jours –les états sont impuissants à rétablir la confiance.

 

 

Pour le moment, le seul point positif est du côté de l’environnement : le ralentissement économique lui permettra de reprendre un peu sa respiration !

 

 

Marcel Plamondon, MAP

Repost 0
Published by marcelp7 - dans Société
commenter cet article
3 janvier 2009 6 03 /01 /janvier /2009 17:41

extrait d'un article du quotidien Le Devoir, écrit par Gil Courtemanche le 4 janvier 2009
(http://www.ledevoir.com/2009/01/03/225523.html?fe=5781&fp=397070&fr=125513)

" Les gens qui gravitent autour des marchés financiers et boursiers se sont beaucoup amusés durant les dix dernières années. Copains, copains, les spécialistes, courtiers, investisseurs, économistes-conseil et commentateurs ont joué à la hausse, utilisé les «hedge funds» et jonglé avec les produits dérivés, ces chimères inventées par des ordinateurs. Et ils ont récolté. Jamais les revenus des plus riches n'avaient augmenté autant par rapport au revenu moyen que durant ces dix glorieuses pour les «gens de la finance». "

En 2007, 50 américains ont empoché...1,2 milliards en salaires ! 

Marcel Plamondon, MAP

Repost 0
Published by marcelp7 - dans Économie
commenter cet article
3 janvier 2009 6 03 /01 /janvier /2009 10:17

Je ne pensais pas de mon vivant vivre une crise économique d’envergure mondiale. Pas plus que j’aurais cru voir le communisme tomber comme un château de cartes. Et maintenant, au tour du capitalisme « libre-marché mondial » de s’effondrer !

 

 

Nous avons tous mis le doigt dans l’engrenage. Financiers à la recherche de profits vite faits, inventant des produits financiers purement virtuels –si ce n’est fictifs ? et exigeant le moins de contraintes possibles au nom de l’efficacité du marché; consommateurs frivoles s’endettant comme jamais, cartes de crédit sur cartes de crédit, comblant par le crédit des salaires stationnaires (1); politiciens complaisants rivés à leur échéance électorale ou simplement sans vision, qui ont déréglementé le marché par conviction idéologique. Pourtant l’alarme avait été sonnée, plusieurs fois, mais qui voulait entendre ces scénarios alarmistes ? Le capitalisme n’était-il pas le seul système financier qui avait triomphé et réussi à mondialiser les économies ?

 

 

Mais la crise n’était pas suffisante : il fallait ajouter de gigantesques fraudes financières ! Madoff après El-Ron. Il y en a sûrement d’autres à venir, en surplus des innombrables fraudes par internet et le vol d’identité devenu le sport des crapules. Cupidité et naïveté conjuguées. Un monde à l’argent.

 

 

« Cette affaire (Madoff) est la cerise sur le sundae de l'année 2008. Cette annus horribilis pour les investisseurs, les travailleurs, les banquiers, les propriétaires de maison, les exportateurs, les pays émergents, les fabricants d'autos, les employés d'un nombre incalculable d'entreprises, les Africains aussi (crise alimentaire). Cette terrible année 2008 est le résultat en fait d'une malheureuse cupidité. (http://www.radio-canada.ca/nouvelles/carnets/2008/12/16/111007.shtml) ». Malheureuse cupidité ? Plutôt stupide, bête et méchante !

 

 

Oui, il faut parler de cette crise alimentaire qui se mondialise, crise crée par la conversion de l’agriculture en substituts du pétrole (production d’éthanol à partir du grain): « La tourmente financière éclipse les signes avant-coureurs d’une autre crise, infiniment plus grave : une pénurie alimentaire générale. Blé, colza, lait, maïs, riz, soja. Les cours des matières premières agricoles flambent et font grimper les prix des denrées alimentaires de base, plongeant des millions de personnes à travers le monde dans l’insécurité alimentaire. D’après l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), entre le premier trimestre 2007 et le premier trimestre 2008, les huiles végétales ont augmenté de 97 %, les céréales de 87 %, les produits laitiers de 58 % et le riz de 46 %. (http://planete.qc.ca/mailing/mailing-20081211-2435.html ) ».

 

 

Pouvons-nous être optimistes ? « Yes, we can » ? Au sortir de ces crises –il y aura de grands dommages sociaux, allons-nous nous souvenir ?

 

 

(1) Les écarts de revenus n’ont cessé d’augmenter au cours des dix dernières années surtout en faveur des plus riches, obligeant le consommateur moyen à utiliser le crédit. Les dépenses des ménages ne peuvent donc plus relancer l’économie (ces dépenses représentant 70 % de l’activité économique, l;es gouvernements doivent prendre la relève pour relancer l’économie).

 

 

Marcel Plamondon, MAP

Repost 0
Published by marcelp7 - dans Société
commenter cet article
3 janvier 2009 6 03 /01 /janvier /2009 09:54

Le Pape persiste et signe : les homosexuels sont une menace pour l'avenir de l'humanité ! Ouf ! Moi qui croyait que c'était plutôt les hétérosexuels qui se reproduisent comme des lapins, créant une surpopulation devenue intenable sur le plan écologique, épuisant les ressources de la seule planète que nous avons, empiétant sur les habitats naturels des animaux et empoisonnant littéralement l'environnement. Il y a de quoi être surpris par la déclaration du Pape, non ?

En fait, le Pape profite de son statut pour contrecarrer la politique de l'ONU de dépénalisation universelle de l'homosexualité lancé le 18 décembre et signée par 66 pays. Faut le faire. La rationalisation ? La sacro-sainte "loi naturelle" qui aurait préséance sur "la théorie du genre" qui établit une distinction entre l'appartenance biologique à tel ou tel sexe et l'identité réelle de la personne. . Si cette loi naturelle dit que la sexualité c'est la reproduction (la famille dirait le Pape)...alors bienvenue dans le monde des lapins ! A ce que je sache, quand les gens font l'amour...ils font l'amour justement ! Rien à voir avec la reproduction dans la grande majorité des cas. Sauf pour quelques fondamentalistes religieux réellement authentiques pour ne pas dire fanatiques.

La morale vaticane a un grand besoin de s'étendre sur le divan du psy, préférablement un psy freudien et très freudien. Cette morale tourne presque exclusivement autour de la sexualité. Explication ? Une personne, tout à fait dans la bonne moyenne des gens, me disait que l'Église avait besoin d'un pape...jeune ! Autrement dit, l'Église est dirigée par une gang de vieux célibataires qui ont passé leur vie dans des sacristies. Envoyons la religieuse sexologue Ross au Vatican, vous savez, celle qui est passée à "Tout le monde en parle" à l'automne 2008 !

C'est la prochaine révolution culturelle : sortir les églises des chambres à coucher. Je parle d'églises au pluriel car la plupart accorde une importance démesurée à la morale sexuelle. Si ces morales incluaient au moins une éducation sexuelle des fidèles, et une éducation faisant appel aux sciences humaines. Mais surtout ces morales devraient rester dans leur champs de juridiction et cesser de faire la morale aux sociétés civiles. Un exemple scandaleux de cette attitude de dictature des consciences est le refus par le Vatican de proposer l'usage du condom pour lutter contre le sida en Afrique avec pour conséquence que des milliers d'enfants viennent au monde avec le sida. Bel humanisme, beau christianisme !

Et puis, Benoit, l'Évangile, est-ce toujours l'amour du prochain ?

Marcel Plamondon, MAP

Repost 0
Published by marcelp7 - dans Société
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Marcel Plamondon
  • Le blog de Marcel Plamondon
  • : Opinion générale sur des sujets d'intérêt
  • Contact

Profil

  • Chroniqueur
  • Retraité, ex-conseiller économique,
Fais de l'action communautaire, 
Membre d'un choeur de chant 
et d'une troupe de théâtre
  • Retraité, ex-conseiller économique, Fais de l'action communautaire, Membre d'un choeur de chant et d'une troupe de théâtre

Recherche