Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 janvier 2013 4 31 /01 /janvier /2013 08:27

Tout le monde s'attendait à ce que le PQ, minoritaire, fasse des compromis, surtout côté budget. Mais de là à abandonner ses promesses d'augmenter l'impôt des riches et d'abolir la taxe santé, beaucoup ne s'y attendaient pas, d'autant qu'il était clair que l'opposition n'était pas pour déclencher des élections prématurées, de surplus en hiver. Quand les chambres de commerce ont applaudi le budget péquiste, de nombreux péquistes ont été scandalisés, du moins déçus. C'était un budget pour rassurer les marchés financiers.

 

Certains ont passé l'éponge, pensant que le PQ avait eu peur d'être défait en chambre. Le statut minoritaire a ses frayeurs, qui peuvent défier le réalisme politique. Mais comme de nombreux péquistes, ils ont par la suite déchanté. Le PQ ne cessait de reculer, sur les redevances minières, sur les généreux crédits d'impôts promises aux multinationales qui voudraient bien investir au Québec, sur la loi 101, sur la francisation des immigrants, sur les énergies fossiles -on pense au comité sur le pipeline de l'Alberta et sur le pétrole dans le Golfe St-Laurent, sur le sommet même de l'éducation où le ministre garde l'attention sur les frais de scolarité et les coupures de budget (est-ce lié?), sans trop parler de la gestion des universités et de leur mission, sur la santé et l'éducation dont on annonce des coupes critiques. Le PQ prononce l'équilibre budgétaire comme un mantra, comme si les conditions économiques n'étaient pas pour commander d'alternative. Une trahison de l'électorat lançait des commentateurs!

 

Jusqu'à maintenant, les décisions du gouvernement péquiste ne présentent que peu de différences avec ce qu'un gouvernement libéral aurait fait. Est-ce une stratégie pré-électorale? On sait que le parti libéral a vu son membership fondre au cours des dernières années. Le PQ semble s'approcher de ce membership silencieux...

 

Un jeu dangereux car de plus en plus de péquistes sont déçus et sont fortement courtisés par Option Nationale que le PQ ne peut se permettre de sous-estimer. Comme QS d'ailleurs.

 

Mais il me semble qu'au-delà de cette problématique électorale, la chef Marois semble jouer au « P'tit Charest » mais sans avoir son sens politique! Comment expliquer autrement l'abandon de Breton (trop radical!), le « tataouinage » du ministre des finances, le vire-capot de Martine Ouellette, l'approche bizarre du bilinguisme de Lisée et le « flirt » de Marois avec tout ce qui s'appelle entreprises dans le monde?

 

J'ai voté stratégique pour débarrasser le Québec des libéraux à la Charest. J'ai l'impression que mon vote était plutôt un vote boomerang!

 

Marcel Plamondon, MAP

Partager cet article

Repost 0
Published by Chroniqueur - dans Politique Québec
commenter cet article

commentaires

Louis Horvath 16/02/2013 18:48

Un vote stratégique est un chèque en blanc. Pour changer le monde il ne s'agit pas de voter pour le moins pire parti. Il s'agit de voter pour le parti qui nous représente le plus.

J'ai été berné exactement de la même manière lors de la précédente présence du PQ au pouvoir; aussitôt la victoire déclarée le PQ prenait des décisions avec lesquelles j'étais complètement en
désaccord. C'était l'horreur.

Cette fois-ci j'ai voté avec ma conscience. Je n'ai pas "gagné" mon élection mais je n'ai pas vendu mon âme non plus. Si plus de gens refusent le vote stratégique, nous aurons un gouvernement plus
représentatif et des décisions qui nous sont plus favorables.

Présentation

  • : Le blog de Marcel Plamondon
  • Le blog de Marcel Plamondon
  • : Opinion générale sur des sujets d'intérêt
  • Contact

Profil

  • Chroniqueur
  • Retraité, ex-conseiller économique,
Fais de l'action communautaire, 
Membre d'un choeur de chant 
et d'une troupe de théâtre
  • Retraité, ex-conseiller économique, Fais de l'action communautaire, Membre d'un choeur de chant et d'une troupe de théâtre

Recherche