Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 août 2012 4 02 /08 /août /2012 20:27

Le déclenchement des élections par Charest ressemble à un quitte ou double. On remarque d'abord le choix de la « seule » période électorale favorable aux libéraux au cours des prochains 18 mois. Les libéraux veulent d'abord éviter la commission Charbonneau à l'automne qui risque de les éclabousser passablement et ce pendant des mois; à noter que Charest ne pourra pas manipuler une « juge », ce n'est pas une fonctionnaire! et une juge qui ne tient certes pas à perdre sa réputation d'intégrité; ensuite, d'une part la rentrée scolaire, que Charest espère tumultueuse pour continuer à tabler sur la loi et l'ordre; et d'autre part les vacances d'été qui habituellement n'encourage pas l'engagement politique et offre alors un bas taux de votation qui profite au gouvernement sortant. Face aux autres aprtis, le moment est mal choisi : il faut être désespéré pour prendre un tel risque quand le PQ devance les libéraux dans les sondages et que la CAQ reprend du poil de la bête (surtout après avoir récemment affaibli les libéraux lors de l'élection partielle dans Argenteuil). Désespéré enfin de tenir le record d'insatisfaction de la population depuis des années et qui perdurera ou même empirera !

 

Ça sent la fin de régime quand un parti a de la difficulté à recruter des candidats de prestige. Trois de la défunte ADQ, sans faits d'armes particuliers, des quasi inconnus. Mais deux maires...du nord, sans grande envergure. Le PQ et même la CAQ ont fait mieux, beaucoup mieux. Les têtes d'affiche font la moue aux libéraux.

 

Mais ce qui condamne le plus les libéraux, c'est le climat social qui peut se résumer dans une « résistance » de plus en plus organisée contre l'exploitation des ressources version néolibérale. On pense au gaz de schiste, aux minerai du nord et au pétrole d'Anticosti. Les études fusent qui dénoncent la bradage des ressources, le peu de redevances et l'absence de transformation au Québec. De nombreuses municipalités ont dit non au gaz de schiste et elles semblent déterminées. La marge de manœuvre des libéraux rétrécit et je vois mal la police antiémeute aux portes des municipalités.

 

Le climat social inclut évidemment la crise étudiante. Il y a accalmie actuellement mais il ne faut pas se fier aux eaux dormantes. Les étudiants ne cèderont pas, ils sont déjà allés trop loin, surtout qu'une partie de plus en plus importante de la population se joignent à eux et/ou changent leur opinion. On pense aux casseroles et aux plus âgés qui se joignent aux jeunes par milliers. Il y a véritablement crise sociale et c'est celle du rejet de la fameuse « juste part »...des contribuables non fortunés (et endettés) et de la privatisation aveugle. Les gens voient bien qu'il vaut mieux payer pour être soignés et que les CLSC deviennent des coquilles vides de plus en plus. Et les urgences, à désespérer! Depuis la promesse libérale de 2003 de régler enfin (!) l'engorgement des urgences...

 

La loi et l'ordre! Quand il n'y a plus que la peur pour rallier le vote, l'heure est grave, dirait mon grand-père qui a vu bien de l'eau couler sous les ponts.

 

Et les libéraux ne contrôlent pas les réseaux sociaux. Des dinosaures quoi! Vu le nombre de québécois sur Facebook et Twitter, les réseaux sociaux joueront un rôle important dans les résultats et ce sera au détriment des libéraux. Ils n'ont pas vu venir cette vague virtuelle mais bien réelle (!), dont profitent les autres partis, du moins par leur présence et pour certains depuis longtemps. J'oserais même affirmer que la lutte de l'opinion publique se fera entre les réseaux sociaux et les médias traditionnels dont la majorité, si on exclut Le Devoir et en partie la SRC, penchent plutôt du côté libéral.

 

Une victoire libérale serait une victoire à la Pyrrhus. Je ne pense pas que les libéraux se rendraient à la fin de leur mandat, pas le nouveau qu'ils obtiendraient mais le temps qui resterait au présent mandat s'il n'y avait pas eu d'élection. Comme si pour Charest, bête politique, le seul but était d'obtenir comme chef un 4ième mandat, advienne que pourra. Tout un chef de parti, tout un chef d'état!

 

Marcel Plamondon, MAP

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Chroniqueur - dans Politique Québec
commenter cet article

commentaires

clovis simard 24/10/2012 01:25

Voir Blog(fermaton.over-blog.com)No.23. - THÉORÈME GOMERY. - La loi de la Corruption.

Présentation

  • : Le blog de Marcel Plamondon
  • Le blog de Marcel Plamondon
  • : Opinion générale sur des sujets d'intérêt
  • Contact

Profil

  • Chroniqueur
  • Retraité, ex-conseiller économique,
Fais de l'action communautaire, 
Membre d'un choeur de chant 
et d'une troupe de théâtre
  • Retraité, ex-conseiller économique, Fais de l'action communautaire, Membre d'un choeur de chant et d'une troupe de théâtre

Recherche