Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 juin 2011 7 26 /06 /juin /2011 07:07

Il n'y a plus de doute possible : les humains sont responsables du réchauffement climatique.  Oubliez l'origine solaire  : "L'activité solaire, qui a légèrement décru en moyenne depuis 1975, ne peut être dominante dans le réchauffement observé sur cette période." (http://www.notre-planete.info/actualites/actu_2569_academie_sciences_rechauffement_climatique.php). Nous avons le rapport de l'ONU, celui du GIEC (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat) (http://www.greenfacts.org/fr/changement-climatique-re4/index.htm), celui de l'Académie européenne des sciences (le changement climatique de l'Académie des sciences (http://www.academie-sciences.fr/publications/rapports/pdf/climat_261010.pdf) et, dernièrement, la position d'un groupe de scientifiques australiens (http://www.care2.com/causes/%E2%80%9Cclimate-change-is-real-we-are-causing-it-coverage-botched-australian-report.html).

 

Mais ces faits irréfutables ont leurs opposants, appelés climatosceptiques.  Oublions les rigolos comme le député  Maxime Bernier qui prétend (sur quelle base scientifique ?) que le réchauffement est dû au soleil, pour nous concentrer sur des climatosceptiques scientifiques ou journalistes se référant à des études scientifiques.  D'abord, 

"si l'on observe plus précisément la liste des articles (climatologiques), on constate qu'une bonne proportion de celle-ci est en fait le fruit d'un petit réseau d'individus qui co-écrivent les articles. Ces divers auteurs peuvent facilement être liés à l'industrie pétrolière." dont ExxonMobile et Koch. (http://www.slate.fr/lien/37119/etude-climatosceptique-exxonmobil-climat).  C'est déjà suspecte, non ? Lire cet article sur la "valeur scientifique" (!) des climatosceptiques reconnus : http://www.slate.fr/story/18809/qui-sont-les-climatosceptiques-giec-allegre-courtillot- . On parle plus dans leur cas de positions idéologiques ou de scientifiques se prononçant dans un domaine de science qui n'est pas le leur. 

 

Ensuite, il y a ceux et celles qui se font les propagandistes de ce scepticisme, soit par intérêt personnel (visibilité) soit comme propagandistes d'un parti politique ou de groupes industriels soit comme des ignorants.  Ce sont ces gens qui avaient fait tout un plat de quelques courriels au GIEC montrant certaines lacunes dans l'évaluation de certains phénomènes, comme la fonte des glaciers de l'Himalaya.  Les vérifications scientifiques de rigueur n'avaient pas été faites.  (http://www.slate.fr/story/16231/climat-climategate-climatosceptiques-copenhague-giec-science).  

 

Parmi ces climatosceptiques non-scientifiques, il y a ceux qui parlent de complot du groupe GIEC de l'ONU.  Là, ici, on déraille : comment pourrait-on faire taire des milliers de scientifiques, qui seraient complices d'une supercherie, dont certains de haut niveau et reconnus pour leur intégrité ? Quand même...

 

Les climatosceptiques, comme les propagandistes de la droite politique, jouissent d'une grande couverture de presse.  On serait tenté de parler de presse à sensations qui recherchent avant tout à augmenter le tirage.  Certains sont financés par des groupes industriels qui ont tout intérêt à ce que les gouvernements ne les contraignent pas dans leur maximalisation du profit.

 

Les conséquences de cette croisade contre le réchauffement climatique sont catastrophiques car ils empêchent les gouvernements d'agir et d'assurer notre survie.  On se demande même s'il n'est pas trop tard à constater les  changements brutaux du climat, de plus en plus fréquents.  Est-on au seuil de l'emballement des changements climatiques ? On se croise les doigts mais avec angoisse.

 

Le réseau social Facebook est de plus en plus envahi par des climatosceptiques.  Ces gens affirment leur scepticisme mais refusent même de discuter "raisonnablement" de la position inverse.  Ils citent toutes sortes d'études prétendument scientifiques dont certaines restent introuvables (!).  Leurs arguments résistent peu à l'analyse rigoureuse mais ils ont l'influence de ceux et elles qui affirment avec force et conviction, comme les fondamentalistes religieux !  Leur succès repose sur le nombre de faibles d'esprit et d'ignorants. Sur Facebook : Trucs pour réfuter les arguments des climatosceptiques (https://www.facebook.com/note.php?note_id=118180794917766&id=100001486067647)

 

Je risque fort de me "faire descendre" comme on dit, de me faire traiter de tous les noms.  Mais je n'y peux rien, la science étant la science !  

 

Marcel Plamondon, MAP

Sociologue.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Chroniqueur - dans Environnement
commenter cet article

commentaires

Marcel Plamondon 05/07/2011 00:55


Climate Change Denial Research Funded By Big Oil

http://www.care2.com/causes/climate-change-denial-research-funded-by-big-oil.html


jipebe29 05/07/2011 00:34


J’avais lu cet article. En fait, on ne connaît pas très bien l’action des aérosols, car c’est très complexe et il y a une grande variété d’aérosols. Lors du Petit Age Glaciaire, il y avait fort peu
d’aérosols d’origine humaine, et pourtant il faisait bien plus froid que de nos jours. Alors, comment expliquer cela ? Est-ce que les aérosols naturels de cette époque n’avaient aucun effet
sensible ? Un satellite devait faire des mesures pour y voir plus clair sur ce sujet, mais le lancement a échoué. Donc, pour le moment, nous ne pouvons que faire des conjectures sur leur action
globale, et affirmer qu’ils ont une action dans un sens ou dans l’autre est très prématuré. Mais, n’est-ce pas, il faut bien expliquer au bon peuple comment il se fait que T est stable depuis
1999….


jipebe29 05/07/2011 00:26


Si je vois une voiture folle qui n'est qu'un mirage ou une illusion foncer vers moi à 100 km/h, je continue tranquillement mon petit bonhomme de chemin....


jipebe29 05/07/2011 00:24


S’il n’y a aucune certitude à 100%, pourquoi ne pas laisser les scientifiques travailler pendant encore plusieurs années, sans pression politico-écolo-médiatique ? Car beaucoup de processus
climatiques nous échappent encore, et engager des sommes folles pour lutter contre un risque qui n’a jamais été prouvé, ne pensez-vous pas que c’est fort déraisonnable ? Si, en 2020, la température
globale est restée stable, ou a un peu diminué, alors cela aura prouvé que les hypothèses du GIEC sont fausses. Voyez les courbes de température depuis 1998
http://www.woodfortrees.org/plot/hadcrut3vgl/from:1998/offset:-0.15/plot/gistemp/from:1998/offset:-0.24/plot/uah/from:1998/plot/rss/from:1998
Vous verrez que, depuis 1999, après le pic 1998 dû à un El Nino intense, T est stable, malgré l’augmentation continue du taux de CO2. S’il y avait un lien causal entre le taux de CO2 et T, ceci ne
serait pas possible. A moins que d’autres processus ne masquent une augmentation, mais alors les modèles sont faux car ils ne les connaissent pas.

et depuis 1900 :
http://www.woodfortrees.org/plot/hadcrut3vgl/from:1900/offset:-0.15/plot/gistemp/from:1900/offset:-0.24/plot/uah/from:1900/plot/rss/from:1900
La montée de T est discontinue ; réchauffement entre 1910 et 1940, puis un palier de 1950 à 1980, inexpliqué par les modèles du GIEC, puis un réchauffement entre 1980 et 1998 suivi d’un nouveau
palier. Notez que les pentes des 2 périodes de réchauffement sont les mêmes, ce que les modèles ne savent pas expliquer….

Le GIEC a tenté, en vain, de masquer l’Optimum médiéval (900-1300), plus chaud que de nos jours, avec un taux de CO2 de 280 ppm (390 ppm actuellement), car là encore les modèles sont impuissants.
Cette tentative émanant de l’équipe dirigeante du GIEC (que je ne confonds pas avec les autres scientifiques) n’est pas acceptable, et fait douter de son objectivité…..


jipebe29 05/07/2011 00:23


Quelques précisions sur le CO2
- L'atmosphère contient environ 750 GtC
- La surface des océans contient environ 1000 GtC
- La végétation sur Terre, les sols et les déchets contiennent environ 2200 GtC
- En dessous de la surface, les océans renferment 38000 GtC
C'est à dire près de 42000 (GtC) milliards de tonnes de Carbone (pour l’avoir en CO2, il faut multiplier par 44/12, rapport entre les masses molaires du CO2 et du C).

Les échanges entre les différentes sources, cette fois ci en GtC par an :
- La surface des océans et l'atmosphère échangent, chaque année, 90 GtC.
- La végétation sur Terre et l'atmosphère échangent, chaque année, 60 GtC.
- Les animaux marins (les planctons) et la surface de l'océan échangent, chaque année, 50 GtC
- La surface des océans et les eaux en profondeur échangent, chaque année, 100 GtC...........
C'est à dire un échange permanent de quelques 300 (GtC) milliards de tonnes de carbone par an.


L'homme injecterait, lui, chaque année, environ 3 GtC dans l'atmosphère sur les 5 à 7 GtC produits annuellement par combustion d'énergie fossile (pétrole, fiouls, gaz etc..). A noter que, d'après
un article de Prairie et Duarte (Biogeosciences, 2007), la respiration de l'humanité toute entière relâcherait quelques 0,3 GtC/an dans l'atmosphère ! Les animaux domestiques : 0,75 GtC/an et les
déchets humains et animaux : 0,5 GtC/an, ce qui n'est pas totalement négligeable.

Si donc nous rejetons environ 3 GtC par an, avec une croissance de l'ordre de 0,3 % par an, c'est à dire 0,009 GtC supplémentaires par an. Même avec une croissance de 10% par an (ce qui est
énorme), nous arrivons à + 0,3 GtC par an. Négligeable !...

Le CO2 est bien plus lourd que l'air (1,52 fois exactement = 44/29). Ainsi une grande partie du CO2 créé par les diverses combustions ne monte pas dans l'atmosphère mais reste sur Terre pour
s'infiltrer dans les sols, se dissoudre dans les océans, être absorbé par les plantes etc. C'est ce que l'on appelle les "puits" de CO2. L'autre partie du CO2 créé par l'homme monte dans
l'atmosphère, entraînée par des mécanismes de convection divers. On ne sait pas (nous sommes d’accord sur ce point) quelle est la proportion exacte du CO2 créé par l'homme qui se retrouve dans
l'atmosphère pour contribuer effectivement à l'effet de serre. Certains disent la moitié. Admettons que l'homme envoie (peut-être) environ 3GtC par an dans l'atmosphère terrestre. Quoiqu'il en
soit, l'apport humain paraît très faible, par rapport aux chiffres précédents. Mais les partisans du CO2 répondent en leur disant que les effets s'amplifient eux-mêmes ! C'est à dire qu'un peu plus
de CO2 dans l'atmosphère réchauffe la planète et que cela réchauffe l'eau qui s'évapore encore plus et ainsi de suite. La contribution de l'homme est petite mais il a une auto-amplification, ou
rétroaction positive, soutiennent-ils. Et c'est bien là que surviennent les problèmes qui divisent les scientifiques, quoiqu'en disent les écologistes et qui veulent nous persuader que l'affaire
est entendue, une fois pour toute ! Mais, si tel était le cas, lorsque la troposphère a connu des taux de plusieurs milliers de ppm, il y aurait dû y avoir un effet d’avalanche inarrêtable, et la
Terre serait devenue une fournaise. Or, il n’en a rien été….. Bref, convenons que l’on patauge encore ….et que vos donnée ne sont pas très crédibles....


Présentation

  • : Le blog de Marcel Plamondon
  • Le blog de Marcel Plamondon
  • : Opinion générale sur des sujets d'intérêt
  • Contact

Profil

  • Chroniqueur
  • Retraité, ex-conseiller économique,
Fais de l'action communautaire, 
Membre d'un choeur de chant 
et d'une troupe de théâtre
  • Retraité, ex-conseiller économique, Fais de l'action communautaire, Membre d'un choeur de chant et d'une troupe de théâtre

Recherche