Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 août 2015 7 09 /08 /août /2015 10:45

Elizabeth May du Parti vert a surpris lors du débat anglophone du jeudi 6 août. Elle maîtrise aussi bien les dossiers économiques qu'environnementaux, en plus d'être très articulée dans ses interventions ( un exemple : « Seule la crise économique de 2008 a fait chuter les émissions de GES » ). Elle a la stature d'un chef de parti traditionnel et pourrait réserver des surprises, surtout en Colombie-Britannique. Il y a espoir dans son camp que le Parti vert puisse, en cas de gouvernement minoritaire, détenir la balance du pouvoir s'il peut faire passer des candidats dans cette lutte à quatre.

 

 

Au Québec, Gilles Duceppe pourrait surprendre lors du premier débat en français. Il a une longue expérience politique, un avantage sur Mulcair et Trudeau. Le Bloc a encore plus de chance que le Parti vert en cas de gouvernement minoritaire de détenir la balance du pouvoir. Cela dépendra surtout de la performance du NPD au Québec, son seul adversaire de taille, à moins d'une remontée, encore incertaine, de Trudeau.

 

 

Le grand enjeu est certes la majorité ou non des sièges pour le gagnant de l'élection. Le NPD semble avoir le vent dans les voiles mais reste minoritaire. Il lui faudrait deux vagues orange pour devenir majoritaire, l'une au Québec et l'autre en Ontario, à moins que l'une des vagues soit un raz de marée! Pour le moment, le NPD peut compter sur le rejet des conservateurs par le gouvernement libéral de l'Ontario mais les libéraux fédéraux ont eu traditionnellement les faveurs de cette province. C'est à suivre.

 

 

Cela signifie-t-il que Harper ne peut espérer remporter l'élection et même être majoritaire? Pas du tout si on tient compte de ses préparatifs, des changements à la loi électorale et de son budget de campagne. Harper peut compter sur des milliers de bénévoles, notamment les évangéliques, que j'appelle ses fourmis d'élections. Et de l'outil unique qu'il leur a fourni : l'espionnage des réseaux sociaux. On parle de 7 millions d'internautes dont il aurait le profil. Facile d'en faire une distribution géographique. Mais son arme la plus puissante, appelons-la de destruction massive (!), ce sont ces millions d'électeurs qui ne voteront pas. C'est grâce à eux, quelle ironie, qu'il a obtenu sa majorité à la dernière élection.

 

 

Les jeux ne sont pas faits, bien que les dés soient, un peu, pipés en faveur de Harper. Sans déplacement notable des intentions de vote des groupes d'électeurs, incluant les non-votants, il peut espérer au moins une minorité. A pourcentage égal du vote avec son principal rival, actuellement le NPD, Harper gagnera davantage de sièges au Parlement. Le NPD devra aller chercher 40% du vote, pour le moins, à moins d'une remontée de Trudeau, notamment en Ontario, au détriment de Harper.

 

 

Mais j'ai peut-être tout faux quand une campagne dure deux mois et demi, une éternité dit-on en politique! Tout peut arriver, comme un événement insignifiant en apparence qui soudainement prend de l'ampleur. Je me rappelle des <<Yvettes>> qui avait nui au camp du oui lors du référendum de 1980 et le <<Good bye Charlie Brown>> d'une vieille dame à l'endroit de Brian Mulroney qui dut reculer sur la désindexation des pensions.

 

 

Marcel Plamondon, MAP

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Chroniqueur - dans Politique canadienne
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Marcel Plamondon
  • Le blog de Marcel Plamondon
  • : Opinion générale sur des sujets d'intérêt
  • Contact

Profil

  • Chroniqueur
  • Retraité, ex-conseiller économique,
Fais de l'action communautaire, 
Membre d'un choeur de chant 
et d'une troupe de théâtre
  • Retraité, ex-conseiller économique, Fais de l'action communautaire, Membre d'un choeur de chant et d'une troupe de théâtre

Recherche