Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 septembre 2014 4 11 /09 /septembre /2014 19:35

La dernière élection a été tout un choc pour le PQ. Avec le recul, il apparaît évident que le peuple a rejeté sa gouvernance. Il faut rappeler que dès sa prise du pouvoir le PQ laissait un message équivoque en revenant sur sa promesse d'annuler la taxe santé. Les réactions sur les réseaux sociaux laissaient entrevoir une déception qui semblait vouloir durer et que la peur de présenter un budget que les autres partis ne pouvaient rejeter deux mois seulement après les élections ne fit que rendre pratiquement permanente. Et comment le PQ pouvait-il déclencher des élections sur une soudaine embellie de l'électorat lors du débat sur la Charte des valeurs? C'est sur la tendance à long terme qu'il faut évaluer ses chances de remporter une élection et, sur ce plan, le PQ n'avait pas la faveur populaire. Et c'est sans compter les nombreuses erreurs stratégiques lors de la campagne électorale. Le PQ avait perdu sa boussole!

 

De nombreux commentateurs prédisent l'effondrement du PQ. C'est fort prématuré. Il faut se rappeler que les deux-tiers des francophones n'ont pas voté pour les libéraux et que la CAQ a même diminué son pourcentage de votes aux dernières élections. Ce ne fut guère mieux du côté de QS. Ce qui me fait dire qu'il n'y a pas actuellement d'alternative au Parti Libéral, qu'il y a un vacuum politique que le PQ pourrait remplir. Mais à quelles conditions?

 

Relancer le désir d'indépendance ou rebâtir un parti politique? Je ne vois pas d'autres alternatives. Certes, le PQ peut encore compter sur le 30% d'indépendantistes irréductibles et augmenter ce pourcentage mais jusqu'à quel point? Je ne pense pas que le PQ pourrait atteindre ainsi une majorité électorale, ce dont il a besoin pour tenir un référendum. Le vote alternatif aux libéraux restera encore trop longtemps éparpillé entre le PQ, la CAQ et QS et, ajoutons, possiblement un nouveau NPD québécois. Alors, rebâtir le PQ comme parti politique? Qu'est-ce que cela pourrait impliquer?

 

Tombons d'accord sur au moins une réalité socio-économique actuelle : la classe moyenne ne cesse de s'appauvrir et cette classe moyenne sait fort bien que le PQ n'a rien fait pour arrêter cette descente vers l'enfer financier des ménages en gouvernant au centre-droit durant son court règne minoritaire. Et qu'il ne propose rien actuellement pour améliorer la situation. Pire, le PQ projette l'image d'une bataille d'égos obnubilés par une course à la chefferie tout en s'entêtant sur la revitalisation de son option indépendantiste. Entre vous et moi, soyons réalistes, qui va voter pour empirer sa situation financière si le PQ reste quasi néolibéral dans un climat où une déclaration d'indépendance présentera des défis économiques nouveaux et possiblement déstabilisants, du moins pour un temps?

 

L'idée d'indépendance n'est pas morte et sa promotion est légitime et même seule alternative pour un petit peuple de francophones perdu dans un océan anglophone. La question n'est pas là. C'est de proposer une démarche qui la rende politiquement désirable et faisable. Je ne vois qu'une solution : réinventer la social-démocratie. Je ne parle pas d'un slogan du genre bon gouvernement mais bien de <<gouvernance d'un peuple>>. Gouvernance et non gestion! A la René Lévesque et Jacques Parizeau et non à la Lucien Bouchard et Pauline Marois!

 

Comment y arriver? Certes pas en faisant appel aux dits stratèges politiques. On a vu le résultat aux dernières élections. Certes pas en rêvant au grand soir. Certes pas en se chamaillant comme des écoliers. Certes pas finalement en restant dans sa tour d'ivoire, nostalgique de ce que fut jadis ce grand parti politique. Le temps me semble venu de tenir des rencontres de cuisine avec le vrai monde. Et de montrer à l'Assemblée Nationale comment les libéraux gèrent pour des minorités privilégiées et ce que seraient des politiques pour le peuple et par le peuple.

 

Je propose que le PQ tienne des <<Chantiers sectoriels>>, s'assoit avec les électeurs, circonscriptions par circonscriptions, écoute, ce qui veut dire rende publics des comptes-rendus de ces chantiers, les traduise en politiques publiques, les vulgarise dans un programme électoral dans lequel la population va se retrouver.

 

Il me semble que montrer du leadership, que proposer une alternative crédible au néolibéralisme appauvrissant, que représenter un peuple qui refuse de passer de porteur d'eau à porteur de pétrole, ça ressemble à cela!

 

Entre temps, le PQ a un beau dossier par lequel redorer son image politique, un cadeau à la fois d'Harper et de Couillard : le pipeline de Transcanada. Car : « La conclusion s’impose : le Québec n’a pas de prise sur ce qui se passe sur son territoire. Mais c’est lui qui assumera les risques en cas de bris et les coûts environnementaux. Le ministre a beau dire, il y a là largement de quoi protester. » (Le Devoir). En outre, si le NPD est favorable au pipeline, c'est une occasion inespérée de redonner un élan au BLOC.

 

A lire aussi : Des jeunes indépendantistes feront du porte-à-porte pour la cause

 

Porter l'indépendance c'est porter le peuple!

 

Marcel Plamondon, MAP

Partager cet article

Repost 0
Published by Chroniqueur - dans Politique Québec
commenter cet article

commentaires

Marie Fortin 18/09/2014 14:01

Je pense que ce sera extrêmement dificile de retrouver la confiance envers le parti Québecois, voire impossible. On constate un manque d'intérêt flagrant pour la classe moyenne et même pour les plus pauvres d'entres nous.C'est un parti qui maintenant manque de cohérence. Je doute pour la première fois des capacités de ce parti à nous représenter malgré les gens brillants qui en font parti.En 1980, je vivais dans le nord de la Colombie Britanique à ce moment, quand j'ai entendu l'appel de René Levesque qui demandait à tout les Québecois de faire entendre le voix dans un référendum. Hé bien, j'ai entendu son appel et suis redéménager au Québec avec enfants et mari.Je ne l'ai jamais regretté, j'aime le Québec passionnément et je ne le verrai jamais autrement que comme un pays.Mon pays. Alors oui à l'indépendance et ça presse avant que nous ne soyons étouffés.

Présentation

  • : Le blog de Marcel Plamondon
  • Le blog de Marcel Plamondon
  • : Opinion générale sur des sujets d'intérêt
  • Contact

Profil

  • Chroniqueur
  • Retraité, ex-conseiller économique,
Fais de l'action communautaire, 
Membre d'un choeur de chant 
et d'une troupe de théâtre
  • Retraité, ex-conseiller économique, Fais de l'action communautaire, Membre d'un choeur de chant et d'une troupe de théâtre

Recherche